Complexité et simplisme

La Bible n’est pas simple. L’essentiel de son message peut l’être. Résumé en une phrase ou deux, il devient vite un slogan ou une citation. Mais l’application de la parole de Jésus qui concentre la volonté de Dieu, en un mot « aimer », nécessite des efforts complexes pour le vivre au quotidien. Car l’humain n’est pas simple. Autant les autres que soi-même, nous sommes des êtres complexes. Cela peut déranger, surtout si l'on se sent dépassé par cette dimension.

Les amoureux du simplisme, des "y’a cas", des "faut qu’on", des formules toutes faites, qui n'ont rien de magique, nous l'ont démontré au fil de l’histoire. Les exemples de gestion simpliste ont entraîné les pires catastrophes humanitaires. Lorsque les chefs, les dirigeants, les hommes de pouvoir ne souhaitent pas (ou ne sont pas capables de tenir compte) la complexité de la vie, de la création ou de l’humanité, ils appliquent des principes limités qui provoquent des immenses dégâts. Ils taillent dans la masse à grands coups d’épée, de préjugés et de principes. Ils nivellent les différences, ils catégorisent le bon, le mauvais en proclamant des généralités afin de pouvoir enlever de leur chemin ce qui les dérange. Un des pires exemples est la stigmatisation et la ségrégation raciale. L’élimination des autres, des mélanges, des « impurs, des différents a atteint son apogée avec le système nazi.

On trouve le même principe dans d’autres domaines. L'agriculture intensive avec la négation des équilibres naturels nous l'a bien démontrée. Les écho-systèmes sont d’une extrême complexité. Leur créateur porte en lui cette merveilleuse capacité à offrir de la diversité, de la complémentarité, de l’harmonie, mais l’énergie pour pouvoir simplement tenir ensemble ces éléments si variés est contraire au principe de productivité.

La productivité, le rendement tel que nous le célébrons, semble avoir besoin de simplisme, de se concentrer sur une seule et même chose, de valoriser l’uniformité, cela ne ressemble en rien à la volonté et l’action divine. Par honnêteté, il nous faut le reconnaître, la complexité fait partie de la personne de Dieu, de sa création et de ses projets. 

L’Église, le corps du Christ, en est une démonstration éclatante, mis en lumière par la difficulté de l'homme à la vivre comme diverse et aimante. Car la source de l’unité, le liant, le lien qui unit des parties si différentes n’est rien d’autre que l’amour de Dieu, offert sans préférence et à chacun. En « dynamique de groupe », on prétend qu’il y a deux énergies nécessaires à sa vie et son développement. La première est une énergie interne, énergie de maintien. C’est un énorme investissement qui permet le « vivre ensemble ». Et la seconde est l'énergie de production qui permet au groupe de réaliser sa mission. Ceux qui en ont l’expérience peuvent témoigner que cet équilibre est complexe. 

Bannissons donc de nos idéaux de notre gestion de groupe et de nos langages les principes simplistes afin d’oser assumer la complexité de nos vies offertes par Dieu.

Pascal Grosjean


Galerie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Consultez notre politique de protection des données.