Derrière une parole, une personne

J’ai participé à la journée annuelle de formation de « l’École de la Parole ». Elle a eu lieu à Lausanne, au Sacré Cœur, et a réuni une trentaine de personnes croyantes catholiques, protestantes, évangéliques et orthodoxes. Ce qui nous réunis, c’est un intérêt, et peut-être même un amour, pour le texte biblique, abordé ici au moyen de la Lectio Divina.

Pourtant, le mot amour s’applique mieux à une personne qu’à un texte, aussi passionnant soit-il ! La personne qui est présente derrière ces paroles, c’est Dieu ou Jésus lui-même. C’est aussi par cette parole que Dieu se fait connaître. Cette réflexion nous pose à chacun cette question : quelle est ma motivation à lire ? qu’est-ce qui me pousse à écouter cette parole ? qu’est-ce qui fait que je l’aime ?

Il y a longtemps, lorsque pour communiquer nous n’avions ni e-mail, ni SMS et encore moins de WhatsApp, nous nous écrivions des lettres. Lorsque le facteur nous apportait un courrier, on se réjouissait de découvrir le nom de l’expéditeur ou de l’expéditrice qui était inscrit au dos de l’enveloppe ; surtout pour les courriers manuscrits, les envois personnels, dont certains étaient agrémentés de petits dessins ou de signes particuliers qui laissaient présager un contenu plein d’amour.

Ce qui inspire et colore notre lecture d’un courrier qui nous est adressé, c’est le regard, les sentiments liés à la connaissance que nous avons de l’auteur du texte. Même une déclaration d’amour peut susciter des émotions et une attitude différente de notre part. On peut être réjoui, agressé ou indifférent alors que les mots et les phrases sont les mêmes.

La richesse et le privilège de prendre le temps de se plonger dans un texte qui nous est adressé est de plusieurs sortes. On peut ressentir du plaisir et de l’intérêt à lire un roman, un conte ou un récit fantastique qui ne dira pas forcément quelque chose de l’auteur dont on ne connaît peut-être même pas le nom. La Bible peut être lue de cette manière, sans faire appel à la foi. Mais la relation de la foi en Dieu transforme notre style de lecture et pique notre curiosité. Elle nous permet de révéler un peu plus ce Jésus qui a vécu il y a fort longtemps et qui n’est plus avec nous aujourd’hui. Elle offre de rencontrer un peu mieux ce Dieu créateur et maître de l’univers, auteur de notre salut. La foi nous aide aussi à accueillir le mystère au cœur de la révélation, de demander l’éclairage de l’Esprit Saint qui est notre accompagnant dans notre présent.

Notre lecture n’est pas une étude froide et distante, ou prétendument objective et scientifique. Dans la Lectio Divina, on essaye tout de même de se demander : que dit ce texte ? Mais une seconde lecture reconnait le fait qu’elle est personnelle et subjective, on se demande alors : Que me dit le texte ? Notre lecture est enrichie par un partage communautaire. Puis, une troisième lecture nous offre une occasion de réponse et de prière avec cette parole.

La Lectio Divina poursuit donc les mêmes buts que la Ligue pour la Lecture de la Bible : « aider chacun à rencontrer Dieu au moyen de la Bible et de la prière ».

 

Vous pouvez retrouver des informations et des livrets de Lectio divina sur le site :

www.la-bible.ch/prestations/ecole-de-la-parole-ch

Et retrouvez des propositions de Lectio sur le guide Express’O dans l’Ère du temps :

www.guide-expresso.com

 

Pascal Grosjean


Galerie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Consultez notre politique de protection des données.