De la mort à la vie

TEXTE À MÉDITER. Ce dernier dimanche, nombre d’églises ont vécu des temps de baptême ou de confirmation du baptême. Sans la foi et vu de l’extérieur, ces cérémonies peuvent sembler extrémistes et surréalistes.

Le langage associé au baptême parait totalement déconnecté de notre réalité humaine. Ce rite de passage, qui est un des derniers à être aussi codifié, explicite et reconnu, ne propose rien de moins qu’un passage de la vie à la mort et de la mort à une nouvelle vie.
Excusez-moi du peu...

Pour les plus hardis et selon les traditions, il se fera par immersion, dans un lac ou une rivière, devant la communauté réunie.

Pour d’autres ce sera moins frais et humide, par aspersion, mais cela garde exactement la même signification: « Je ne veux plus vivre ma vie pour moi-même, je veux m’offrir à Dieu entièrement et je crois qu’il m’offre une vie nouvelle en venant vivre en moi ».

Cette décision nécessite une confiance immense. Elle a un petit côté suicidaire même si ce n’est pas politiquement correct de le dire, et l’apôtre Paul pense qu’il faut être un peu fou pour faire ce choix.

Pourtant au cours des siècles et aujourd’hui encore, des milliers, des millions de femmes et d’hommes ont été convaincus profondément et intimement, sans pression, ni obligation que Dieu leur adressait ce message et qu’il pouvait pleinement le croire, avec joie et espérance.

Je ne parle pas ici des personnes qui ont malheureusement été forcées d’une manière ou d’une autre, mais bien de personnes libres et volontaires.

Au final, même dans notre Occident hyper-matérialiste et soumis à la raison, la dimension spirituelle de l’humain garde une place prépondérante et pas uniquement dans les séries fantastiques qui foisonnent d’êtres spirituels.

De manière étonnante, ce Dieu invisible, parle au plus profond des cœurs jusqu’à les bouleverser par amour!

Pascal Grosjean

Galerie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Consultez notre politique de protection des données.