Retrouver le premier amour

À force d’entendre ce thème revenir dans des prédications, je me suis demandé : C’est qui ou c’est quoi ce premier amour ?

Au chapitre 2 de l’Apocalypse, dans la lettre que Dieu adresse à l’Église d’Éphèse, Il leur reproche « Tu ne m’aimes plus comme au début » puis il les exhorte « Souviens-toi, tu avais bien commencé et puis tu es tombé. Change ta vie et agis comme tu agissais au début ». Voilà d’où vient cette injonction de retrouver le premier amour.

Est-ce que, avec le temps, ils se seraient détournés de la personne de Jésus-Christ ? Ça pourrait être possible, mais dans leur cas ils sont restés fidèles et sont même félicités pour cela.

Est-ce la qualité du début de l’amour - La période fusionnelle, la lune de miel - qui se serait altéré ? Faudrait-il retrouver l’immaturité, la fougue et la passion du début ? Ce serait étonnant, car la Bible valorise la maturité d’un amour volontaire, conscient et responsable. Pour vivre cette passion du début il faut de la nouveauté, donc pour le chrétien la conversion ; l’idéalisation, qui mène parfois à l’aveuglement et aussi le simplisme, c’est-à-dire la non prise en compte de la complexité de Dieu, de sa parole, des autres de nous-mêmes.

Est-ce qu’il s’agit de la place qui était donnée à l’amour dans le cœur et les œuvres des Éphésiens ? Ils reçoivent des compliments pour leur patience, leurs efforts, leur persévérance et leur discernement. Ce qui en fait de bons chrétiens. Ce sont des bosseurs, ils sont déterminés, fidèles et sérieux, du solide quoi ! Des œuvres, ils en font et Dieu les voit et les reconnaît. Mais, il y a un mais, quelque chose à changer, il manque un truc qui était là au début. Au début, il y avait de l’amour et il y avait les œuvres de l’amour.

Ces deux axes sont très présents dans la lettre de Paul aux Éphésiens. Paul débute sa lettre en soulignant deux points qui caractérisent les Éphésiens du « début ».

Au chapitre 2, verset 15 : « Voici ce que j’ai appris : vous croyez au Seigneur Jésus et vous aimez tous ceux qui lui appartiennent ». Il y avait, dans leur vie, une dimension tout autre, une identité, une spiritualité de l’amour. Auraient-ils vécu cette dimension un peu, beaucoup, passionnément, puis plus du tout ?

Au chapitre 5, Paul encourage : « Vous êtes les enfants que Dieu aime, eh bien, imitez-le. Vivez dans l’amour comme le Christ : il nous a aimés et il a donné sa vie pour nous, comme une offrande et un sacrifice agréable à Dieu ». Et le chapitre 6 de la lettre aux Éphésiens se termine ainsi : « Que Dieu le Père et notre Seigneur Jésus-Christ donnent aux frères et sœurs chrétiens la paix, l’amour et la foi ! Que Dieu bénisse tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ d’un amour qui ne meurt pas ! »

La lettre de l’Apocalypse nous montre que s’il n’est pas mort, peut-être qu’il dort… Alors il faut le réveiller et retrouver ce premier amour.

 

 Pascal Grosjean

Galerie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Consultez notre politique de protection des données.